Education

Le Premier ministre annonce un moratoire sur plusieurs mesures fiscales

5 décembre 2018 - ActualitéLe Premier ministre annonce un moratoire sur plusieurs mesures fiscales Édouard Philippe a annoncé mardi 4 décembre des mesures fortes lors d’une déclaration à Matignon. TweeterPartagerEnvoyer   Édouard Philippe annonce un moratoire sur la hausse de la taxe carbone     TweeterPartagerEnvoyer
Le Premier ministre a rappelé que la colère qui s’exprime ces dernières semaines « vient de loin, elle est souvent restée muette » et est « aujourd’hui exprimée avec force et de façon collective ». Le Premier ministre entend cette colère, et en mesure « à la fois la réalité, la force et la gravité ».

« Cette colère prend sa source dans une profonde injustice. Celle de ne pas pouvoir vivre dignement du fruit de son travail. De ne pas pouvoir subvenir aux besoins de ses enfants ».
 
  • Les « gilets jaunes » aiment leur pays, et veulent, comme nous, « que les impôts baissent et que le travail paie ». « Et si [nous n’avons pas] réussi à l’exprimer, si la majorité a peiné à convaincre les Français, c’est que je dois et que nous devons changer quelque chose. »
     
  • « Fixer le cap et le tenir est une nécessité pour gouverner la France, mais aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la Nation ». Le Premier ministre a rappelé le lourd bilan depuis le début du mouvement : 4 personnes décédées, des centaines de blessés, notamment parmi les forces de l’ordre. « Des menaces et des insultes s’expriment sans retenue, y compris contre les gilets jaunes. Les violences doivent cesser. »
Les mesures prises 1. La suspension pour 6 mois :
  • de la hausse sur la taxe carbone (sur l’essence, le fioul et le diesel),
  • de la convergence de la fiscalité du diesel avec celle de l’essence
  • pour les professionnels, de l’alignement sur la fiscalité des particuliers de la fiscalité du gazole des entrepreneurs non routiers, ce qu’on appelle le GNR

Ces mesures fiscales [qui devaient s’appliquer au 1er janvier] « ne s’appliqueront pas avant d’être débattues par toutes les parties prenantes. Nous voulons dans ce laps de temps identifier et mettre en œuvre des mesures d’accompagnement justes et efficaces. Si nous ne les trouvons pas, nous en tirerons les conséquences. »

2. La suspension pour 6 mois de l’entrée en vigueur des nouvelles modalités du contrôle technique (prévue le 1er janvier 2019), afin de laisser le temps aux centres de s’adapter et éviter les complications

3. Pas d’augmentation des tarifs de l’électricité et du gaz durant la concertation (et donc durant l’hiver). Des solutions efficaces qui améliorent la vie quotidienne des Français 1. Pour aider les personnes qui travaillent loin de leur domicile :
  • « Réfléchissons à une meilleure prise en charge des transports, notamment hors des villes, par exemple sous forme d’une prime mobilité. »
  • « Mobilisons-nous, avec les partenaires économiques, pour investir plus vite dans le logement. »

2. Avec un large débat sur les impôts et les dépenses publiques :
  • « Notre système fiscal est terriblement complexe et il est souvent critiqué parce qu’il serait injuste. Discutons des modifications qu’il faut lui apporter. »
  • Ce débat doit avoir lieu en rappelant des règles claires : les Français ne veulent pas de hausses d’impôts ou de taxes. Si les impôts baissent, il faut que les dépenses baissent, car « nous ne voulons pas léguer des dettes à nos enfants. »
3. Sur le rythme de la transition écologique, tout en gardant notre ambition. « Le Gouvernement a fait des propositions. Peut-être sont-elles insuffisantes, ou inadaptées. Parlons-en, améliorons-les. Complétons-les. » La concertation annoncée par le président de la République
  • Le débat commencera le 15 décembre et se terminera le 1er mars. « Il devra déboucher sur des traductions concrètes dans la vie quotidienne de nos compatriotes. »
  • « Il y a aura bien sûr un dialogue au niveau national. Mais le débat doit aussi avoir lieu au plus près des Français, sur tous les territoires, dans leur diversité. »
  • « Nous travaillons pour trouver une organisation appropriée, qui permette à tous les Français qui le souhaitent de s’exprimer. »
  Discours à l'Hôtel de Matignon Discours • 4 décembre 2018 Téléchargement (PDF - 102.82 Ko)
Catégories: Education

Les chefs de partis reçus à Matignon par le Premier ministre

3 décembre 2018 - ActualitéLes chefs de partis reçus à Matignon par le Premier ministre A la suite des affrontements qui ont eu lieu le 1er décembre, le président de la République a chargé le Premier ministre de recevoir les chefs de partis et les présidents de groupes parlementaires. TweeterPartagerEnvoyer   La réunion présidée par Emmanuel Macron à l’Élysée a permis au chef de l’Etat d’avoir un bilan exhaustif des faits, des dégradations et des interpellations qui ont marqué les rassemblements du 1er décembre sur l’ensemble du territoire et en particulier à Paris.

Le président de la République a insisté la nécessité du suivi judiciaire, pour qu’aucun fait délictueux ne soit laissé sans suite ; il a également rappelé qu’un soin particulier devait être apporté à l’accompagnement commerçants et des particuliers, témoins et victimes des scènes de violence et de casse qui ont émaillé la journée du 1er décembre.

En plein accord avec le Premier ministre, le président de la République a également demandé au ministre de l’Intérieur de lancer une réflexion sur l’adaptation du dispositif de maintien de l’ordre, face à des casseurs de plus en plus nombreux, organisés, et déterminés à s’en prendre aux forces de l’ordre.

Dans un souci constant de dialogue, le Premier ministre a reçu, à la demande du président de la République, les chefs de partis et les présidents de groupes parlementaires.
Catégories: Education

Industrie : une nouvelle approche pour accélérer le développement des territoires industriels

22 novembre 2018Industrie : une nouvelle approche pour accélérer le développement des territoires industriels Lors du Conseil national de l'industrie du 22 novembre 2018, Édouard Philippe a dévoilé le nouveau dispositif d'accompagnement au service des territoires à forte dimension industrielle. Au programme : 124 "Territoires d'industrie" sélectionnés, plus d'un milliard d'euros de financement, et une gestion décentralisée. TweeterPartagerEnvoyer   Pour la première fois depuis dix ans, les entreprises recréent des emplois industriels en France. La croissance de la production industrielle française dépasse désormais celles de ses principaux voisins européens. Et les investissements industriels étrangers en Europe en 2017 se sont principalement dirigés vers la France. Ainsi, les sources de satisfaction pour l'industrie française sont présentes mais les défis à relever à l'avenir le sont également. "Tout cela va nous conduire à mettre l'accent durant l'année 2019 sur trois enjeux majeurs : l'Europe, l'innovation et surtout, les territoires" a souligné le Premier ministre lors du Conseil national de l'industrie.

L'Europe en 2019 sera marquée par les élections des eurodéputés et le Brexit. Dans un tel contexte, le Gouvernement souhaite replacer l'innovation et l'industrie au coeur du projet européen et, également, rendre la France attractive et limiter les conséquences négatives du Brexit.

L'innovation est déterminante dans la compétition industrielle internationale. C'est pour cette raison que le Gouvernement a intégré l'innovation dans les 18 contrats de filière dont 5 ont déjà été signés. L'accompagnement des grands projets d'innovation des filières s'inscrit également dans cet esprit. Parmi ces projets, on peut citer la "bioproduction" nécessaire pour vaincre le cancer ; la conception du train à hydrogène pour remplacer les locomotives fonctionnant au diesel ; les batteries de 4e génération pour répondre aux enjeux énergétiques, etc.

Le troisième enjeu en 2019, c'est la reconquête des territoires d'industrie. Pour soutenir ces territoires, une nouvelle approche, au plus près de la géographie industrielle et de la réalité institutionnelle, sera mise en place. Une nouvelle approche basée sur 124 "territoires d'industrie" Le Gouvernement a confié, le 20 septembre 2018, une mission de définition à une équipe pluridisciplinaire (parlementaires, élus, industriels, experts). Son objectif était de concevoir un nouveau dispositif d'accompagnement au service des territoires ayant une forte dimension industrielle.

La mission a ainsi identifié 124 "Territoires d'industrie", répartis dans toute la France, dont la grande majorité se situent en dehors des métropoles. Ce sont des intercommunalités présentant une forte identité et un savoir-faire industriels, et où l'ensemble des acteurs sont mobilisés pour le développement de l'industrie. Ces 124 territoires bénéficieront d'un engagement spécifique de l'Etat, qui mobilisera un éventail de politiques publiques pour appuyer et accompagner les projets de ces territoires.

"Ces 124 territoires (...) vont signer durant les prochains mois, un contrat de projet territorial industriel pour formaliser les engagements que prendront les parties prenantes" a déclaré Edouard Philippe. Un point d'étape sera effectué à la prochaine réunion du Conseil national de l'industrie. LA GESTION Décentralisée au coeur du nouveau dispositif Le nouveau dispositif repose sur un principe de gestion décentralisée. Le pilotage et l'animation des "Territoires d'industrie" associeront les élus locaux, l'industrie, les conseils régionaux et l'Etat.

"Les projets devront d'abord être gérés et animés par les acteurs locaux : industriels, maires, présidents d'EPCI. Car c'est par là que tout commence" a déclaré le Premier ministre.

Les Régions ont eu un rôle déterminant dans l'identification des 124 "Territoires d'industrie". Comme l'a souligné le Premier ministre, "parce que la région est désormais devenue le principal acteur du développement économique territorial", elles occuperont un rôle central dans le nouveau dispositif d'accompagnement. Les présidents de region seront ainsi les pilotes du dispositif. Plus d'un milliard d'euros en faveur des "Territoires d'industrie" Le nouveau dispositif s'appuie sur le principe de la concentration des moyens. "Ces moyens sont à la fois financiers, avec plus d'un milliard d'euros de financements orientés en priorité vers ces territoires, administratifs, techniques et humains. Ces moyens forment une sorte de "panier de services" à destination des territoires d'industrie."

Le Gouvernement accompagnera les 124 territoires sélectionnés en mettant en place un assortiment de services dont ils pourront se saisir pour développer ou renforcer leurs projets de territoires. Ce "panier de services" représente 18 mesures pour répondre à 4 besoins des "Territoires d'industrie" : recruter, innover, attirer et simplifier. 4 besoins des Territoires d'industrie, 18 mesures pour y répondre Recruter est un véritable enjeu pour ces territoires. Pour y répondre, "nous mobiliserons en priorité les moyens du Plan d'investissement dans les compétences sur ces territoires". Autre mesure, avec l'aide de Bpifrance, le Gouvernement souhaite développer dans ces territoires le "volontariat territorial en entreprise". Cette expérimentation a pour objectif d'orienter de façon privilégiée les étudiants en école d'ingénieurs ou de commerce vers des PME.

Concernant l'innovation, "les territoires d'industrie bénéficieront en priorité des dispositifs que nous venons de lancer dans le cadre du Plan pour l'industrie du futur, du PIA régionalisé ou du dispositif "Territoire d'innovation"" a déclaré le Premier ministre.

Afin de renforcer l'attractivité de ces intercommunalités, "nous mettrons les bouchées doubles pour accélérer la couverture numérique de ces territoires". La Banque des territoires sera mobilisée pour financer en priorité leurs projets, notamment fonciers. "Business France effectuera des diagnostics d'attractivité et nommera un conseiller export pour chacun d'entre eux."

Enfin, pour répondre à l'enjeu de la simplification, un appel à projets "France expérimentation" sera lancé dans les "Territoires d'industrie" pour y faciliter les demandes de dérogations administratives et règlementaires.
  Le Premier ministre, Édouard Philippe, dévoile la carte des 124 territoires d'industrie     TweeterPartagerEnvoyer Plus d'informations
Catégories: Education

Edouard Philippe : "Le cap que nous avons fixé est bon, nous allons le tenir"

19 novembre 2018 - ActualitéEdouard Philippe : "Le cap que nous avons fixé est bon, nous allons le tenir" Alors que le mouvement des "gilets jaunes" s’est poursuivi dimanche 18 novembre, le Premier ministre s’est exprimé sur France 2. TweeterPartagerEnvoyer   Le mouvement des gilets jaunes traduit "de la colère, mais aussi de la souffrance, une absence de perspective, l’idée que les pouvoirs publics ne répondent plus au sentiment de déclassement", a souligné Édouard Philippe. "Ce malaise, c’est la raison pour laquelle Emmanuel Macron s’est présenté à l’élection présidentielle. […] Je comprends le ras-le-bol fiscal. […] On part de loin. Ça fait 40 ans que les taxes et les impôts augmentent."

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’un des engagements du Gouvernement pour le quinquennat, c’est que les impôts diminuent [d’un point de PIB], et de faire en sorte "que la fiscalité pèse plus sur le carbone que sur le travail."

"Le cap que nous avons fixé est bon, nous allons le tenir. Ce n’est pas quand ça souffle qu’il faut en changer. […] La trajectoire carbone que l’on a fixée, on va la maintenir."  Il faut, a expliqué Édouard Philippe, mieux expliquer ce cap et mieux accompagner les Français. Mais "un Gouvernement qui zigzaguerait n’emmènerait pas la France" où elle doit aller, a conclu le Premier ministre.
 
Catégories: Education

C'est parti pour les inscriptions des médias à l'édition 2017 de la Semaine de la presse et ...

Les actualités du CLEMI - ven, 11/04/2016 - 00:00
Les médias (presse écrite, télévisions, radios, agences de presse, sites internet, blogs et médias en milieu scolaire) sont invités à s’inscrire du 7 novembre au 9 décembre pour contribuer à ce rendez-vous dédié à l’Éducation aux Médias et à l’Information. « D’où vient l’info ? » est le nouveau thème 2017. S'inscrire
Catégories: Education

Agenda - Journée nationale des développeurs de la mobilité européenne

Public : représentants d'organismes nationaux ou têtes de réseaux susceptibles de diffuser de l'information sur le Programme pour l'éducation et la formation tout au long de la vie, Erasmus Mundus et Tempus, auprès de porteurs de projets potentiels

Catégories: Education

Agenda - Conférence européenne des Experts de Bologne : "Les partenariats internationaux de formation"

Public : Experts de Bologne européens, Higher Education Reform Experts de pays tiers, responsables de formation, de relations internationales, agences d'évaluation et d'accréditation, directeurs de ressources humaines d'entreprises

Catégories: Education

Agenda - Journée régionale des développeurs de la mobilité européenne

Public : représentants d'organismes locaux susceptibles de diffuser de l'information sur le Programme pour l'éducation et la formation tout au long de la vie, Erasmus Mundus et Tempus, auprès de porteurs de projets potentiels

Catégories: Education

Agenda - Séminaire Europass / Youthpass

Public : utilisateurs de Youthpass et Europass Mobilité, chercheurs et experts, Commission européenne (Direction générale Education et Culture), CEDEFOP, etc.

Catégories: Education

Agenda - Atelier de lancement Leonardo Mobilité

Public : porteurs de projets nouvellement sélectionnés

Catégories: Education

Agenda - Journée de la coopération internationale en matière universitaire

Public : Présidents d'universités, responsables des relations internationales des établissements d'enseignement supérieur

Catégories: Education

Agenda - Séminaire Comenius / Jules Verne

Public : responsables académiques des actions internationales, enseignants en mobilité Jules Verne et Comenius

Catégories: Education

Agenda - Journée régionale des développeurs de la mobilité européenne

Public : représentants d'organismes locaux susceptibles de diffuser de l'information sur le Programme pour l'éducation et la formation tout au long de la vie, Erasmus Mundus et Tempus, auprès de porteurs de projets potentiels

Catégories: Education

Séminaires « Erasmus Mundus Active Participation Vol.2 » (EMAP 2)

L'agence Europe-Education-Formation France est partenaire du projet EMAP 2 impliquant 17 structures nationales Erasmus Mundus. L'objectif est de développer la participation des établissements d'enseignement supérieur des pays peu représentés dans l'Action 1 (masters et doctorats conjoints) du programme. Dans cette perspective, deux séminaires ont été organisés en 2011 : Varsovie du 27 au 30 janvier et Riga du 17 au 30 janvier.

Catégories: Education

Agenda - Atelier « Crédits ECTS et résultats d’apprentissage »

Dans le cadre du programme d’activités 2009-2011 défini avec la Direction de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle et contractualisé avec la Commission Européenne, l’équipe française des Experts de Bologne, en collaboration avec l’agence Europe-Education-Formation France, a prévu quatre ateliers régionaux destinés à accompagner les établissements « sur la pratique des crédits ECTS et l’utilisation des résultats d’apprentissage (learning outcomes) ».

Catégories: Education